Carnet de mission : Projet Éthiopie, Mission 2010

Sauvetage des archives de la Compagnie de chemin de fer djibouto-éthiopienne par Archivistes sans frontières

 
 
 
 

Jeudi 1er avril

 
 

Grande nouvelle aujourd’hui : nous avons terminé le traitement des dossiers, ne reste plus que le versement à la NALE à régler !!… Bon, ce n’est pas parce que nous sommes en Ethiopie que nous allons nous priver d’un petit poisson d’avril… Notre journée commence par une petite mise à jour de nos notes. Nous remettons au propre le bordereau d’élimination du bureau de l’ancien directeur (salle « Gerbal ») et nous nous attaquons à la sélection des photos proposées à notre webmaster. La connexion internet est tellement mauvaise que l’envoi des 25 photos, par lot de 4, nous prend presque une heure.

Malheureusement, les Archives nationales éthiopiennes annulent notre rendez-vous relatif à la correction du modèle de contrat de dépôt que nous leur avons soumis en début de semaine. Nous en discuterons donc en direct lors de la réunion de lundi matin.

Nous déjeunons avec M. Shiferaw Bekele, professeur d’histoire à l’université d’Addis Abeba. Il nous indique que M. Imbert-Vier et lui-même ont eu accès aux archives classées lors de la première mission dans les locaux de la compagnie.

L’après-midi est consacré à la poursuite du traitement des fonds sur les sites
de la gare et du bureau de l’ancien directeur. Une équipe achève la sélection des archives historiques et débute la rédaction du bordereau d’élimination des archives stockées dans les sous-sols de la gare. Miracle, de courte durée, nous bénéficions de l’installation précaire d’une ampoule électrique. Une bonne moitié des éliminables est recensée en fin de journée.
La seconde équipe s’attaque aux dossiers de carrière découverts dans les placards du bureau de l’ancien directeur. 47 liasses sont constituées en ordre alphabétique (une lettre par liasse) et inventoriées, des ensembles spécifiques d’agents SNCF sont bien identifiés. Le perron de la maison devient un excellent prolongement de notre table de tri. Quelques brebis nous rejoignent mais n’osent pas encore se lancer dans la carrière d’archiviste !

JPEG - 96.7 ko
Découverte du sous sol de la gare (le 31/03)
JPEG - 103.2 ko
Thierry au pied du mur (le 31/03)

Reste donc un ensemble à inventorier, antérieur aux années 50 et portant sur la gestion du personnel, les travaux de construction de la ligne et d’aménagement des concessions de la Cie à Addis et Dire Dawa notamment.

Nous devrions pouvoir traiter cela rapidement. C’est essentiel compte tenu des actions majeures à mener : mettre en œuvre la convention Cie/ NALE et réaliser le transfert physique des archives que nous espérons pouvoir mener à pied avant notre départ.

Nous pensons aussi à notre retour et à la nécessité d’anticiper la rédaction de notre rapport. La première semaine s’achève, intense et dense, et il est nécessaire de ne rien perdre de ce travail.

La Cie des archivistes

Messages

  • C’est agréable de suivre le projet au jour le jour…. très bonne continuation !
    et bon week end de Pâques à l’équipe.
    Pascal

Poster un message



 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’Archivistes sans frontières - International (ASF-International), créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.

Comment participer ?
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent du bénévolat des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.

Faire appel à ASF ?
 

L’association Archivistes sans frontières-section France (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts.

 

Archivistes sans frontières | ASF-France