Carnet de mission : Projet Éthiopie, Mission 2010

Sauvetage des archives de la Compagnie de chemin de fer djibouto-éthiopienne par Archivistes sans frontières

 
 
 
 

La gare, la ville, les gens… : repérage et premiers contacts

 
 

L’éveil est plutôt catastrophique. Les douches froides ont été inventées certainement pour solutionner le problème. Rude mais efficace pour éviter de végéter cette première journée. Nos deux acolytes (Christophe Vigneron et Thierry Guilpin) arrivent par le vol d’Ethiopan Airlines. Le buna local et le macchiato nous font grand bien. Premier contact avec le petit déjeuner local. Départ pour « lagar » comme on dit à Addis pour voir notre futur lieu de travail.

Les choses ont changé. Les lieux sont clos ; la gare elle même mais aussi tous les bâtiments où ont travaillé les membres de la missions 2007. L’emprise foncière est bien entamée. Un collègue a élu domicile dans les bâtiments administratifs. Un terrain de foot a été emménagé le long de la gare. Un mail d’Eloi Ficquet (directeur du Centre français des études éthiopiennes-CFEE) reçu avant notre départ nous a pourtant rassuré un peu. Les archives sont encore sur place dans des locaux fermés. Le travail majeur de la mission précédente a donc été sauvegardé. Nous ne pourrons faire un réel état des lieux que demain lundi. Un café a été aménagé dans l’aile gauche de la gare, agréable, soigné. Des copies de photos historiques au mur : inauguration de la gare, passage du Négus, de l’impératrice, de de Gaulle entre les années 20 et 1950. Nous partons pour visiter la ville et localiser en particulier le Centre Français d’Études Éthiopiennes. Nous prévoyons de rencontrer son directeur à partir de lundi. Il faut que nous allions à la rencontre d’un réseau d‘interlocuteurs qui pourront nous aider pendant ces deux semaines. Nous retrouvons ainsi des amis de notre web master Greg. Ils nous emmènent prendre un café et nous parle d’Ethiopie. Nous partons pour une longue ballade à travers la capitale. Un salut au clone de Lucy (la vraie est en Suisse). De belles églises orthodoxes (Saint Georges et Trinity church). La ville est très marquée par une architecture communiste massive, accompagnée encore de quelques marteaux et faucilles. Des points levés de fierté absolue. Ça et là surgissent des perles architecturales malmenées par le temps. La ville aussi se développe à une vitesse phénoménale. Retour à l’hôtel passer au cyber et bonne nouvelle ! Le directeur des Archives nationales d’Ethiopie (NALE) nous attend dès lundi pour préparer le terrain. La situation a aussi bien évolué de ce côté. Atkil Assefa a appris le français et a pris des fonctions au sein du Conseil International des Archives (ICA). Ces nouveaux éléments sont plus qu’encourageants. A demain !

La Cie des archivistes

Messages

  • Bon courage, votre efficacité ne fait pas de doute mais soyez prudents à « lagar » et autour dans vos déplacements et négociations !
    Beau reportage sur l’Abyssinie et Lalibela ds le JDD, rien sur Addis.
    Bisous, Mam

Poster un message



 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’Archivistes sans frontières - International (ASF-International), créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.

Comment participer ?
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent du bénévolat des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.

Faire appel à ASF ?
 

L’association Archivistes sans frontières-section France (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts.

 

Archivistes sans frontières | ASF-France